http://www.les-gueux.org

sommaire du numéro Retraite... la résistible dégradation

Inégalité pour tous

Depuis les années 70, la conception du terme vieillesse évolue dans une considération de type objectale : objet médical, objet de techniques de l'ingénierie sociale…. Or ceci tend plus à répondre aux "problèmes " que posent le système mis en place pour en assurer ses critères de gestion et d'ordre pour déterminer un groupe social, que dans la tentative d'écoute des choix différents de vie des sujets (c'est ce qui se déroule actuellement aujourd'hui en parlant du " jeune ").
Aujourd'hui, et pour "innover ", se pose alors pour tous le problème de l'intervention des critères économiques dans ce système. Celui-ci veut nous assurer que la seule réponse possible, toujours face aux problèmes qu'il se pose en tant que gestionnaire, projectif et psychotique (prédictionnisme et alarmisme sont de rigueur au détriment des débats), est l'appel aux structures privées, pour se dégager des contraintes qu'il s'est imposé.
Hors, cet appel, s'il est entendu et accepté, nous exposera à un déplacement de notre lien avec la réalité, qui fait que nous dépendons les uns des autres, et non de l'objet économique immatériel et sans doute non récupérable de ce que l'on nomme les fonds de pension : une cotisation privée capitalisée et redistribuée plus tard, à qui, par qui, comment, et pourquoi  ?
La réalité de la vie américaine qui fait que de plus en plus de reversements de fonds de pension arrivent à terme, pousse les assureurs à se tourner vers de nouveaux marchés, notamment l'Europe. Hors, la situation en Europe si elle n'est pas prise en main par des décisions politiques allant dans un sens égalitaire, fera que ces " investissements " européens fondront comme neige au soleil, dans les hauts fourneaux boursiers américains. Ce qui nous promet (on peut s'interroger) des systèmes d'assurance prohibitifs, et non conformes aux possibilités de cotisation réelle pour la plupart des salariés (et que penser des périodes de chômage et de formation de plus en plus fréquentes, polymorphies… actuellement non reconnues par un système dit de " solidarité "  ?).
Aujourd'hui, les choix politiques doivent se faire dans la prise en compte de ce qu'est la réalité de la retraite par répartition, pour y définir une éthique de la vieillesse, prendre en compte la nécessaire redéfinition du travail, et par-là, celle du salaire ; tout en s'assurant de ne pas se faire leurrer par les solutions de facilité d'épargnes, de rentes ou de capitalisations hasardeuses (bénéfiques, mais pour qui ?, et seulement à court terme).
L'illustration apposée au long de ces pages tend à correspondre avec ces interrogations, en prenant le parti pris d'user de l'iconologie publicitaire, usurpatrice de sens, manipulatrice d'images, simulatrice : dans ce rêve mégalo - économique, quelles seraient mes chances de partir en…. ?

Laurent Gibert